Ministre retenu par les mutins en colère

Juste après la déclaration du président Alassane Ouattara, les militaires se sont mis en colère. Ils ont empêché le ministre de la Défense et sa délégation de quitter la résidence du sous-préfet en tirant des rafales de Kalachnikov et des armes lourdes, a constaté un correspondant de l'AFP sur place. M. Ouattara avait annoncé auparavant la conclusion d'un «accord» avec les soldats mutins dont les manifestations pour des revendications salariales ont paralysé depuis vendredi Bouaké, la deuxième ville du pays et qui ont gagné aussi Abidjan. «Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l'amélioration des conditions de vie des soldats», a affirmé M. Ouattara, dans une brève déclaration, retransmise par la télévision. «Ayant marqué mon accord, je demande à tous les soldats de regagner leurs casernes pour permettre l'exécution de ces décisions dans le calme», a-t-il poursuivi, sans préciser les termes de l'accord. «Il faut que le président (Ouattara) nous dise une date à laquelle nous serons réglés et la somme qui nous sera versée», a déclaré de son côté à Bouaké un soldat mutin. Les mutins réclament le paiement de primes, des augmentations de salaires, une promotion plus rapide entre les grades et des logements. L'accord a été scellé à l'issue d'une rencontre entre le ministre ivoirien de la Défense, Alain Richard Donwahi, et une délégation des soldats mutins à Bouaké. Source : 20 Minutes Photo : Le ministre de la Défense Alain-Richard Donwahi (au centre) et des représentants des rebelles à Bouaké, dans le centre du pays, lors de l'annonce de l'accord. (Photo: AFP/sia Kambou)


  (0)   Commentaire